SESRIC

Séminaire régional de haut niveau sur la promotion des programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer dans les États membres africains de l'OCI
 
Date : 01-02 Août 2018 Lieu : Ouagadougou Burkina Faso

Un séminaire régional de haut niveau sur la promotion des programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer dans les États membres africains de l'OCI a été organisé du 1er au 2 août 2018 à Ouagadougou, Burkina Faso. Le séminaire a été organisé sous le patronage de la Première Dame du Burkina Faso, S.E. Madame Sika Kabore.

Les premières dames de 17 États africains membres de l'OCI, avec d'autres intervenants importants ont pris part à ce programme.

Le séminaire était organisé conjointement par l'OCI, le SESRIC, la BID, l'OMS et l'AIEA dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration d'Istanbul, émise par la Session spéciale du leadership des Premières Dames dans la lutte contre le cancer dans les États membres de l'OCI tenue le 14 avril 2016 à Istanbul en marge de la 13ème session de la Conférence islamique au sommet. Dans la Déclaration, les premières dames des pays de l'OCI ont promis de promouvoir activement les programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer dans leur pays.

Le séminaire visait à créer et renforcer la sensibilisation sur l'augmentation des cas de cancer dans les États membres de l'OCI, en particulier dans la région de l'Afrique, ainsi qu'à déterminer les voies et moyens par lesquels les premières dames peuvent encore améliorer leur rôle de leadership, et adresser efficacement la maladie, afin de sauver des vies et aussi plaider pour l'établissement des priorités et le contrôle dans les programmes de santé au niveau national et au niveau international à travers l'approche multisectorielle.

Le cancer n'est plus considéré comme une maladie de riches et de vieilles personnes confinés dans le monde développé. Selon le Centre international de recherche sur le Cancer (CIRC), environ 60 % de tous les nouveaux cas de cancer sont enregistrés dans les pays en développement. La situation est particulièrement critique en Afrique, où environ 80 % des gens atteints du cancer n'ont pas accès à la radiothérapie et d'autres services liés au cancer.