SESRIC

Le SESRIC, la BID, le FSID, le Croissant-Rouge turc et ses partenaires s'unissent pour améliorer la réponse immédiate aux crises humanitaires et soutenir la résilience dans les pays de l'OCI
 
Date : 02-03 Octobre 2018 Lieu : Istanbul Turquie

Plus d'une centaine d'experts de 20 pays différents se sont réunis dans la ville d'Istanbul pour participer à un atelier de deux jours visant à promouvoir le dialogue et à renforcer les capacités pour améliorer la ‘réponse’ et la ‘résilience’ aux crises humanitaires dans le bloc de 57 pays membres.

L'événement, intitulé « Renforcement de l’action humanitaire et de la résilience à travers les ONG (Organisations non gouvernementales), les OSC (Organisations de la société civile) dans les pays membres de l'OCI », était un effort conjoint du Centre de recherches statistiques, économiques et sociales et de formation pour les pays islamiques (SESRIC), de la Banque islamique de développement (BID), du Fonds de solidarité islamique pour le développement (FSID), qui est la branche de la BID pour la réduction de la pauvreté, le Croissant Rouge Turc (Turk KIZILAY) et le Secours islamique du Royaume-Uni (Islamic Relief-UK). L'atelier a souligné le rôle important des organisations de la société civile (OSC) en particulier et des acteurs clés en tant que partenaires incontournables des secteurs de l'aide humanitaire et du développement, en allégeant les souffrances des populations touchées dans les pays fragiles.

Les conférenciers à la cérémonie d'ouverture ont souligné le rôle important que jouent les ONG et les OSC dans l'intervention immédiate en cas de crise humanitaire. Dans son discours liminaire, M. Walid Al Wohaib, Directeur général du FSID, a réitéré l'engagement du groupe de la BID à soutenir les efforts louables de la communauté internationale et des pays membres de l'OCI pour répondre aux situations d'urgence et au financement humanitaire, renforcer, restaurer la stabilité et renforcer la résilience, donnant ainsi de l'espoir aux enfants, aux communautés pauvres et vulnérables touchées par les catastrophes naturelles ou causées par l'homme. Le «statu quo » ne peut répondre aux besoins de nombreux enfants et jeunes touchés par les situations d'urgence. Cela nécessite de nouvelles idées, de nouvelles approches et innovations, qui sont essentielles pour relever ce défi crucial du développement mondial », a-t-il déclaré.

Le Dr Kerem Kınık, président du Croissant-Rouge turc, a également déclaré: «Ensemble avec la Turquie, plusieurs États membres de l'OCI sont devenus des acteurs humanitaires majeurs dans leurs régions respectives et dans le monde. Parmi les organisations intergouvernementales, l'OCI a été l'un des acteurs humanitaires à la croissance la plus rapide. Cela a été accompli en créant de nouvelles institutions, en adoptant de nouvelles politiques, en facilitant le dialogue et, si nécessaire, en finançant et en mettant en œuvre des programmes humanitaires sur le terrain ».

Son Excellence l'Ambassadeur Musa Kulaklıkaya, Directeur général du SESRIC, a conclu la séance d'ouverture de l'événement en déclarant: «Malheureusement, de nombreux conflits en cours dans le monde ont lieu dans la géographie de l'OCI. En 2017, plus de 50 % des guerres mondiales et des guerres limitées ainsi que 38 % des crises ont eu lieu dans les États membres de l’OCI. La région de l'OCI est devenue moins pacifique au cours des 10 dernières années, principalement en raison des conflits dans notre région. Aujourd'hui, les États membres de l'OCI représentent 61,5 % de la population déplacée dans le monde. En outre, 89 millions de personnes, soit 71 % de la population mondiale qui ont besoin d'une assistance humanitaire, résident dans les pays membres de l'OCI. Les organisations de la société civile peuvent aider les gouvernements à prendre en charge la réinstallation des réfugiés et à rétablir les services de base.

L'atelier de deux jours qui s'est tenu à Istanbul (les 2 et 3 octobre 2018) a ensuite été animé par plusieurs tables rondes visant à partager les meilleures pratiques et les enseignements tirés afin de trouver des moyens novateurs de mieux préparer les ONG et les OSC dans les pays en proie à des conflits et à des situations de fragilité. Les discussions ont également porté sur des recommandations pratiques, des conseils pratiques pour accroître l'aide humanitaire, le financement du développement, ainsi que sur la mise en lumière des défis et des possibilités d'action humanitaire efficace, et la résilience des interventions afin d'élaborer des mécanismes mieux adaptés.

En ce qui concerne la question humanitaire, des estimations de certaines grandes institutions de développement du monde indiquent que le nombre de personnes vivant dans des conditions fragiles et en proie à des conflits devrait encore augmenter d’ici 2030, avec la pauvreté, les inégalités et le manque d'accès aux services de base constituent des défis de développement majeurs qui exacerbent les effets destructeurs des catastrophes et des conflits dans plusieurs régions du monde.

Photos